Lorsque le juge pénal prononce des peines qui n’existent pas

« Je fais confiance en la justice de mon pays ». Voici une formule très classique marquée, en fonction des circonstances et de la personne qui prononce ces mots, d’une grande naïveté ou au contraire d’un véritable sarcasme. Car rendue par des hommes et des femmes la justice est, à l’image de l’humanité, loin d’être parfaite.

Continuer la lecture de « Lorsque le juge pénal prononce des peines qui n’existent pas »