🗳️ Second tour des élections législatives 2024 : comment les français se font voler l’élection 🚨

Le déroulement actuel de la campagne des élections législative donne lieu à la situation déplaisante que nous avions envisagée suite à la publication des résultats de notre sondage sur les intentions de vote pour le premier tour.

En effet, nous avions conclu notre analyse par ces termes : « La course en tête du Rassemblement National au premier tour, si elle se confirme, pourrait être battue en brèche lors du second tour par une alliance entre le Nouveau Front Populaire, Ensemble et Les Républicains, ou du moins par des consignes de vote permettant un report des voix s’inscrivant dans cette dynamique. Ce danger semble réel et pourrait encore un peu plus participer à la destruction de notre pays. ».

Comme à chaque fois que le Rassemblement National arrive aux portes du pouvoir, nous assistons à la constitution d’un véritable barrage par les autres partis. L’apogée de ce phénomène s’est cristallisée en 2002 lorsque Jean-Marie Le Pen s’était qualifié pour le second tour de l’élection présidentielle. L’entre-deux tours avait été terrible avec des manifestations journalières dans de nombreuses villes.

Le spectacle donné actuellement est tout aussi navrant. Tandis que des manifestations se déroulent pour s’opposer au choix des urnes et pour faire pression sur les électeurs, les personnalités politiques ne sont pas en reste. Nous assistons véritablement au mariage de la carpe et du lapin, les appels à soutenir les partis adverses pour faire échec au Rassemblement National se multiplient et les désistements se produisent à l’avenant. À titre d’exemple, la France Insoumise se retrouve à soutenir l’élection d’Élisabeth Borne, Cécile Helle, maire d’Avignon, appelle à voter pour Raphaël Arnault, membre de la France Insoumise, triple fiché S, le macroniste Tarik Mekki, bien qu’il ne puisse pas se maintenir au second tour, appelle à voter pour David Guiraud, membre de La France Insoumise, Charlotte Leduc, membre de la France Insoumise, se retire au profit de Nathalie Colin-Oesterlé du parti Les Républicains, Leslie Mortreux, membre de la France Insoumise, se retire au profit du macroniste et actuel ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin tandis que la ministre Dominique Faure retire sa candidature pour favoriser celle de Jacques Oberti, du Nouveau Front Populaire.

Nous nous contentons de citer ces déjà nombreux exemples. Sur 306 circonscriptions pouvant donner lieu à des triangulaires, 165 désistements étaient déjà annoncés ce mardi 2 juillet à 11 heures, alors que d’autres désistements peuvent se produire jusqu’à 18 heures.

Cette situation est largement encouragée par Emmanuel Macron et par Jean-Luc Mélenchon.

Nous constatons donc que les partis politiques s’organisent pour faire échec au choix des électeurs, méprisant ainsi la démocratie alors que toute l’année ils n’ont que ce mot à la bouche. Cette organisation se double d’ailleurs de l’appui et de la pression exercée par d’autres personnes, comme les artistes, les médias, les sportifs et bien d’autres qui souhaitent que rien ne change à la société actuelle qui leur convient parfaitement puisqu’ils se nourrissent sur la bête.

Ces manœuvres peuvent avoir pour conséquence d’empêcher le RN d’obtenir la majorité absolue à l’Assemblée nationale. Ce qui devrait alors conduire Jordan Bardella à refuser d’être Premier ministre, conformément à ses déclarations antérieures concernant cette hypothèse, entraînant de grandes incertitudes sur la constitution d’un gouvernement.

Une majorité relative pourrait alors rendre le pays ingouvernable, à l’instar de la troisième et de la quatrième république. La constitution de la cinquième république devait éviter cette situation, mais les diverses réformes effectuées ainsi que la pratique des institutions par les différents présidents après le Général de Gaulle, et en premier lieu par Emmanuel Macron, ainsi que l’évolution des institutions elles-mêmes, ont largement défiguré la constitution, réduisant son équilibre à néant.

À ce stade, on ne peut exclure qu’une majorité autre que celle du RN se dégage, constituée par une alliance lunaire avec le Nouveau Front Populaire, Ensemble et Renaissance, ainsi que certains LR. Celle-ci pourrait alors mettre le dernier clou sur le cercueil de notre pays.

L’intérêt de notre pays commanderait une démission d’Emmanuel Macron et l’organisation d’une élection présidentielle. Encore faudrait-il qu’il comprenne cette notion.

Si vous avez des commentaires, des questions ou si vous souhaitez partager vos rĂ©flexions, n’hĂ©sitez pas Ă  le faire sur YouTube dans la section commentaires de la vidĂ©o qui accompagne cet article. Votre avis compte.