🎬 Festival de Cannes et Eurovision : déchéance en direct 🎤

La dernière Ă©dition de l’Eurovision a donnĂ© un triste spectacle dĂ©cadent et dĂ©moniaque. Ce qui Ă©tait autrefois une cĂ©lĂ©bration de la musique et de la culture europĂ©enne s’est transformĂ© en une parade de vulgaritĂ© et de provocation. Malheureusement, le Festival de Cannes, qui se dĂ©roule actuellement, s’inscrit dans une veine similaire.

En parcourant les pages du site lefigaro.fr, j’ai cru tomber de ma chaise. Les descriptions des tenues et des comportements des cĂ©lĂ©britĂ©s prĂ©sentes au festival de cette annĂ©e Ă©taient choquantes. Les artistes viennent dans des tenues vulgaires, toute pudeur est absente de ce festival qui depuis plusieurs annĂ©es glissait nettement en ce sens. On a du mal Ă  croire que cet Ă©vĂ©nement Ă©tait autrefois un bastion de l’Ă©lĂ©gance et du raffinement.

Avant d’embrayer plus spĂ©cifiquement sur le Festival de Cannes, je souhaite faire un rapide rappel sur l’Eurovision. Ce spectacle qui constituait autrefois une cĂ©lĂ©bration joyeuse et innocente de la musique s’est transformĂ© progressivement pour devenir un carnaval de l’extrĂŞme. Cette annĂ©e, la scène a Ă©tĂ© envahie par des performances outrancières, des tenues provocatrices et des mises en scène qui semblaient tout droit sorties d’un cauchemar. Les artistes rivalisaient de surenchère dans la provocation, cherchant Ă  attirer l’attention non par leur talent musical, mais par leur capacitĂ© Ă  choquer.

Si des critiques de l’Eurovision ont osĂ© dĂ©noncer ouvertement la dĂ©cadence manifeste du spectacle, d’autres propos sont carrĂ©ment lunaires. Ainsi, pour LibĂ©ration Champagne, le candidat finlandais a relevĂ© le dĂ©fi de la nuditĂ© sur scène avec audace. Pour le Huffington Post, la victoire de Nemo est une avancĂ©e. Ajoutons pour couronner le tout la pitoyable controverse destinĂ©e Ă  exclure Eden Golan, la candidate d’IsraĂ«l qui, malgrĂ© des manifestations et des huĂ©es, a finalement terminĂ© Ă  la cinquième place.

Il est difficile de ne pas voir dans ce spectacle une dĂ©rive prĂ©occupante vers une vulgaritĂ© dĂ©libĂ©rĂ©e, destinĂ©e Ă  faire parler Ă  tout prix et Ă  briser les sociĂ©tĂ©s actuelles sous le couvert d’arguments fallacieux portant sur la libertĂ© artistique et l’expression personnelle.

Le Festival de Cannes, qui se déroule actuellement, semble malheureusement suivre cette même pente glissante. À la lecture du site lefigaro.fr, on ne peut qu’être consterné par la tournure que prend cet événement autrefois prestigieux qui s’est ouvert dans le prolongement des multiples déclarations de Judith Godrèche contre plusieurs hommes avec en toile de fond une épée de Damoclès consistant en une prétendue liste d’hommes qui auraient eu des comportements anormaux dont les noms seraient révélés pendant le festival.

Tout ceci pourrait appeler Ă  une certaine retenue mais pas du tout. On est très loin d’une vague de puritanisme. Les artistes, et plus largement les people ainsi que des personnalitĂ©s politiques et des sportifs, viennent dans des tenues qui dĂ©fient toute notion de bon goĂ»t et de dĂ©cence. Les robes, souvent transparentes, laissent peu de place Ă  l’imagination, et les tenues masculines ne sont pas en reste avec des choix vestimentaires tout aussi provocateurs.

Ce qui est encore plus choquant, c’est que cette absence de pudeur est non seulement tolérée, mais souvent célébrée. Les médias s’extasient devant ces tenues provocatrices, les qualifiant de « audacieuses » ou « avant-gardistes », alors qu’elles ne sont que vulgaires. La ligne entre l’audace et la décadence est de plus en plus floue, et Cannes semble avoir franchi cette ligne depuis longtemps.

C’est ainsi que sont glorifiées la robe totalement transparente sans soutien-gorge de Bella Hadid, le dos nu de Rachida Dati, celui tout autant déshabillé de Tess Barthélemy, inconnue qui s’avère être la fille de Judith Godrèche qui crie au scandale car sa progéniture aurait été victime de remarques sexistes, mais aussi la minirobe en dentelle transparente de Charlotte Gainsbourg, Carla Bruni qui débarque en femme fatale sur le tapis rouge, Virginie Efira qui arrive avec une robe fendue jusqu’à la cuisse, Eva Longoria avec son décolleté vertigineux et sa robe longue moulante, Demi Moore et ses cheveux jusqu’aux fesses, sans oublier la robe fendue de Cate Blanchett aux couleurs du drapeau palestinien. Je m’arrête là puisque la liste ne semble pas avoir de fin, l’ensemble donnant un spectacle particulièrement vulgaire et abject avec un étalage grandiloquent de richesse et de luxure à l’heure où notre pays s’effondre complètement.

Les organisateurs de festivals comme Cannes doivent prendre des mesures pour rétablir un certain niveau de décence et de respect. Cela pourrait inclure des codes vestimentaires plus stricts, mais surtout une sélection plus rigoureuse des œuvres et des artistes en fonction de leur mérite artistique plutôt que de leur potentiel à faire le buzz.

Il est possible que certaines personnes qui dĂ©filent actuellement Ă  Cannes dans une quasi-nuditĂ© crieront plus tard Ă  #MeToo, surfant sur cette vague pour obtenir une nouvelle notoriĂ©tĂ© lorsque les feux de la rampe commenceront Ă  baisser pour elles. Le mouvement #MeToo a permis de mettre en lumière de vĂ©ritables problèmes d’abus et de harcèlement dans l’industrie du divertissement. Pourtant, l’attitude de certaines cĂ©lĂ©britĂ©s, qui jouent de leur image provocatrice pour ensuite se poser en victimes, jette un discrĂ©dit sur les vĂ©ritables victimes du système.

Par leur comportement, les stars ou prĂ©tendues stars actuelles nuisent Ă©galement Ă  la crĂ©dibilitĂ© de leurs performances artistiques. Elles ne sont plus perçues comme des artistes de qualitĂ© mais comme des personnes Ă  la recherche permanente d’un buzz mĂ©diatique par des dĂ©clarations tonitruantes ou en exhibant des parties de leur anatomie. Cette quĂŞte constante de la visibilitĂ© Ă  tout prix nuit Ă  l’intĂ©gritĂ© de leur art et Ă  leur rĂ©putation professionnelle. Lorsqu’une cĂ©lĂ©britĂ© est plus connue pour ses tenues scandaleuses ou ses propos que pour son talent, il est lĂ©gitime de se poser des questions sur ses prioritĂ©s et sa vĂ©ritable contribution artistique.

L’obsession de la provocation et de la visibilitĂ© Ă  tout prix reflète un problème plus profond dans l’industrie du divertissement. Les festivals comme Cannes et les Ă©vĂ©nements comme l’Eurovision devraient ĂŞtre des cĂ©lĂ©brations du talent et de la crĂ©ativitĂ©. Cependant, ils semblent de plus en plus servir de plateformes pour des comportements provocateurs et des dĂ©clarations choquantes.

La quĂŞte du sensationnalisme a pris le pas sur la vĂ©ritable apprĂ©ciation de l’art. Les talents Ă©mergents, qui devraient ĂŞtre mis en avant pour leurs compĂ©tences et leur originalitĂ©, sont souvent Ă©clipsĂ©s par des cĂ©lĂ©britĂ©s plus intĂ©ressĂ©es par les controverses et l’apparence que par la crĂ©ation. Cette culture de la cĂ©lĂ©britĂ© instantanĂ©e et de la provocation facile est non seulement dĂ©solante, mais elle est aussi dangereuse pour l’avenir de l’industrie artistique.

Les mĂ©dias ont une part de responsabilitĂ© dans cette dĂ©rive. En mettant l’accent sur les tenues scandaleuses et les comportements choquants, ils encouragent implicitement ces excès. Les articles et les reportages qui glorifient la vulgaritĂ© et la provocation envoient un message pernicieux : pour ĂŞtre vu et entendu, il faut choquer et repousser les limites de la dĂ©cence.

Le public, de son côté, joue également un rôle. En consommant avidement ce type de contenu, en suivant et en commentant les comportements des célébrités les plus provocantes, il alimente cette machine à scandales. Il est crucial de se rappeler que nous avons le pouvoir de changer cette dynamique. En exigeant plus de substance et de qualité dans les créations cinématographiques, il est possible d’encourager une industrie plus respectueuse et valorisante du véritable talent. C’est pour cela que je pense nécessaire de procéder à un véritable boycott de la plupart des artistes et des créations actuelles, même si pour la France l’effet dans l’immédiat pourrait être minimisé par les multiples subventions que perçoit ce secteur d’activité. Les stars françaises du monde du cinéma qui nous regardent de haut et qui ne cessent de nous donner des leçons sont les véritables assistés sociaux et même, pour une partie d’entre eux, vu leur comportement, des cas sociaux.

Si vous avez des commentaires, des questions ou si vous souhaitez partager vos rĂ©flexions, n’hĂ©sitez pas Ă  le faire dans la section commentaires sous la vidĂ©o sur YouTube. Je suis toujours ravi d’entendre votre point de vue et de susciter des discussions enrichissantes.